Laos - Notre Tour

NOTRE TOUR

Balade dans la jungle de Savannakhet [vidéo]

23 janvier 2009 - à Vientianne 

Laos

On se lance ! Notre première vidéo ! Filmé au Nokia et monté à Movie Maker. Heureusement qu’il y a la bande son pour relever la qualité. Il illustre l’article Premiers contacts avec les campagnes du Laos.

Lire la suite »

Premiers contacts avec les campagnes du Laos

20 janvier 2009 - à Vientiane 

Laos

Ce matin nous arrivons à Vientiane après deux jours de trek, à la découverte des campagnes autour de Savannakhet. Nous choisissons de partir avec l’association Eco guide de Savannakkhet qui a pour but de promouvoir l’éco-tourisme, la sauvegarde de la forêt, et des villages vivant des ressources de la forêt.

Dimanche matin nous quittons de bonne heure la ville en Tuk-Tuk accompagnés de notre guide pour rejoindre le parc National Dong Natad. Un second guide local , Soda, nous rejoint pour nous faire découvrir les merveilles de son parc. Nous pénétrons doucement dans la jungle. Cet environnement qui est hostile pour nous, ne l’est pas pour notre guide qui est dans son élément. Il nous apprend à manger des fourmis rouges, au gout fort de vinaigre, servant à assaisonner leurs soupes. Il nous apprend à extraire l’essence d’un arbre pour faire des torches. Il nous montre aussi la liane produisant la quinine contre la malaria. C’est le gout le plus amère que nous ayons jamais gouté. Il nous fait gouter tous les fruits et les feuilles comestibles. C’est pas toujours à notre gout. Pour son quatre heure, Soda, allume un petit feu pour y faire griller ses gros crickets collectés pendant la balade. Sans façon pour nous.

En sortant de la foret nous traversons un patchwork de rizières asséchées en cette saison, mais parcourues par quelques ruisseaux. Nous y croisons des paysans, des laossiens vivant de la cueillette, des pécheurs, et des buffles. Après 20 kilomètres de marche, nous arrivons dans un petit village. C’est là que nous dormirons. Il n’est que 16h, et notre guide nous propose de rencontrer les villageois. Nous en profitons pour faire des photos. Les gens que nous croisons sont fidèles à leur réputation, aimables, accueillants, souriants, communiquant… Toutes ces rencontres sont de vraies richesses. Les femmes s’affairent sur leurs métiers à tisser, et nous apprenons même comment transformer une chaussette en coton à filer. Quelques vieux parlent français, et pas peu fiers de leur savoir nous reçoivent chez eux. Ces gens sont si touchant de gentillesse. Lire la suite »

En bus de Don Det jusqu’à Savannakhet

17 janvier 2009 - Savannakhet 

Laos

Ce matin on se réveille tranquillement, comme la plupart des matins d’ailleurs. Mais pour une fois notre bus ne part pas à 6h du mat mais à 11h. On a choisi d’investir dans les bus VIP. Nous nous offrons donc un énorme petit dèj au dessus du Mékong, avant de rejoindre notre  bateau pour quitter l’île. Nous embarquons après de longues discussions entre tous les bateaux pour répartir les touristes en fonction de leur bus. On se demande comment ils s’y retrouvent, c’est impressionnant!

Sur la terre ferme un mini bus nous attend. Deuxième miracle il y a pile le nombre de places et cette fois nous ne sommes pas trop entassés pour les 7h de bus promises! Pas d’arrêt déjeuner, pipi, ca tombe bien on a plus faim, ca tombe mal on a envie de faire pipi. A 14h le bus s’arrête à la grande ville de Pakse, certains descendent, et pour d’autre comme nous le trajet continue en bus local! Nous qui avions payés nos billets deux fois plus cher pour un peu plus de confort, nous sommes dépités, mais que faire! Résignés nous montons dans le bus, sans même le temps de faire pipi! Le bus est rempli de sac de riz “from thailand” il est donc difficile de poser ses pieds, car c’est sous nos sièges aussi. Pas de clim mais un vieux ventilo poussiéreux en pleine tête, et surtout la musique aussi forte qu’elle est mauvaise, chouette! Bientôt tous le monde se met à fumer et à manger des drôles de brochettes, super!

En fait il nous reste 220 km et le bus roule exactement à 30 km/heure et n’arrive pas à doubler les mobylettes. Nous arrivons enfin à Savannakhet à 21h30. Une bonne nuit et nous y verrons plus clair demain, objectif, organisation d’un trek de 2 ou 3 jours dans les parages.

Don Det ou le paradoxe du « Back-Packer »

17 janvier 2009 - à Savannakhet 

Laos

C’est à l’occasion de notre séjour sur l’île de Don Det que nous avons pu affiner notre étude sur une espèce en voie de prolifération, le Back-Packer.

  • Le back-packer veut manger local, mais se rue sur la première “French Bakery” tenu par un hollandais.
  • C’est ces même back-packer que nous avions croisés au marché de nuit de Pekin pour pouvoir dire: “oui bien sur, j’ai mangé des insectes”.
  • Les Springles est la denrée la plus vendu à travers le monde. Parce que deux mois sans springles, pour un back-packer c’est dur.
  • Le back-packer tient des discours contre la consommation de masse et le marketing, mais ne voyage pas sans son ipod.
  • C’est aussi pour s’ouvrir au monde que le back-packer garde son casque apple sur les oreilles.
  • Le back-packer connait le cour de la bière de tous les pays du monde.
  • Le back-packer a les cheveux sale et marche pied nu, ou en Birkenstock (les claquettes orthopédiques),parce que ca fait cool.
  • Pour attirer un back-packer dans un restaurant il faut diffuser du Ben Harper, très fort, et encore mieux proposer sur sa carte des Happy Pizza.
  • Le back-packer attire le back-packer
  • Il y a des hotels special back-packer avec des chambres sales, car le back-packer dort partout.
  • Des bars back-packer avec des cocktails dans des bockets (petit seau) car le back-packer aime faire la fête et n’a pas de limites…

A chaque lieu touristique que nous croisons, nous pouvons nous empêcher de projeter et imaginer ce lieu 10 ans plus tard.

Comment sera Don Det dans 10 ans? La concentration de bungalow sur cette île à déjà de quoi faire pâlir les constructions de la Grande Motte. Sihanoukville remplacera-t-il Ibiza? Y aura-t-il un Starbuck café à Namché Bazar?

Sàibaa-dii, Bonjour Laos

16 janvier 2009 - à Savannakhet 

Laos

La frontière Cambodge-Laos est une formalité. Nous payons 1dollar par personne aux douanier parce qu’il y a « beaucoup de tampons », et nous voila sur le sol laossien. 15 minutes de bus et 10 minutes de pirogues plus tard, nous débarquons sur l’île de Don Det au cœur des 4000 îles. Les guest houses ne manquent pas ici, nous choisissons la moins chère à un dollar la nuit.

Le lendemain nous passons la journée à visiter l’île et sa voisine Don Khon. Cette dernière est bien plus calme. Un pont datant de l’époque française relie les 2 îles. Nous ne  manquons pas le détour par les cascades. Cet archipel du Mékong est splendide, mais c’est la gentillesse des laossiens, qui nous frappe le plus. C’est la première fois que nous apprenons à dire “bonjour” dans la langue locale, le jour de notre arrivée dans un pays. Et bien que le lieu soit très touristique, les rapports ne sont pas intéressé.

Encore une nuit ici, et demain nous prenons le Bus pour Savannakhet. Mark et Cece que nous avions rencontrés en Mongolie, nous ont conseillé un trek dans la région.

Les outils

 

Google Map: Laos - Sàibaa-dii, Bonjour Laos

 

Informations

Rentré le 26 Septembre 2009 après 13 mois de voyage autour du monde.

Retrouvez les photos directement sur Flickr