Vietnam - Notre Tour

NOTRE TOUR

L’habitat traditionnel Khmer, et déboisement.

29 mai 2009 - depuis Buenos Aires 

Cambodge Vietnam

Au Cambodge la maison Khmer est l’un des principaux bien de la famille, elle est le symbole de la richesse sociale et participe à la vie communautaire du village.

Maison cambodgienne typique“L’habitat traditionnel khmer représente une coutume de vie des khmers depuis la création de la société il y a deux mille ans. La maison construite en bois  sur pilotis et la toiture en tuile, constituant un ensemble chargé de symboles, apparait donc comme l’expression d’un système complexe de marquage social et culturel de l’espace, et comme une solution technique au besoin de protection, d’organisation, et d’identification de la famille ou de la ville, d’une unité minimale de production, et constitue le résultat d’un travail familial et collectif.” Davuthea KEO.

Il existe 5 typologies de maisons faisant varier divers éléments: la forme du toit, la position de l’escalier, la présence d’une véranda et le nombre de colonnes de face et de profil. De manière générale la maison Khmer est toujours construite sur pilotis pour plusieurs raisons, et particulièrement car le Cambodge est un pays tropicale, donc souvent inondé. Les habitants considèrent insalubre une maison posée sur le sol, l’air ne pouvant circuler entre les lattes du plancher et cela permet de respecter la dualité terre-eau. L’escalier menant à la véranda ou bien à la pièce principale a toujours un nombre impair de marches ce qui interdit l’entrée des esprits malfaisants. Lire la suite »

Rapides conseils pour voyager au Vietnam

20 mars 2009 - dans l'aéroport de Singapour 

Vietnam

Bien que nous y ayons passé que deux semaines, voici nos conseils sur le Vietnam.

  • Pour payer : On trouve des distributeurs partout. La monnaie officielle est le Dong Vietnamien(VND). Au 25/02/09, 1€=21500VND. Le retrait maximal est de 2.000.000VND en coupure de 100 ou 500.000.
  • La vie au Vietnam est bien plus cher qu’au Laos et au Cambodge, en particulier les transports. Pour quelques  dizaines d’euros supplémentaire vous préférerez une compagnie aérienne low cost. (58$ pour Hué – HCMV). Vous ne trouverez pas de guest house pour 5$, mais si le prix est plus cher, la qualité est généralement supérieure.
  • Visiter la baie d’Halong : tous les forums sont unanimes, attention aux arnaques. La majorité des agences de Hanoï vous vendent des croisières qui ne sont autres qu’une journée en bateau bondés de touristes. Moyennant un budget plus conséquent nous pouvons réellement vous recommander l’agence Viet Attitude. Vous pourrez adapter le séjour à vos envies.
  • Le wifi : il y en a partout dans les grandes ville, et très souvent non sécurisés.
  • Visiter le delta du Mékong : Comme pour la baie d’Halong, nous avons préféré mettre le prix pour éviter les circuits trop touristique. C’est l’agence Happy Luan qui s’est occupée d’organiser notre séjour du jour pour le lendemain. L’idéal est de prendre le temps avec eux de customiser le circuit aux grès de vos envies.
  • Vivre au Vietnam :
    • Un plat de nouilles dans la rue : 20 000 VND
    • Un plat dans un restaurant moyenne gamme :  50000VND
    • Un hôtel cheap se dans une grande ville : de 12 à 18$
    • Une bière locale 640ml: 18000VND
    • Une mobylette pour la journée 50000VND, le plein 15000VND. Attention on vous donne la mob avec le réservoir vide, même si le précédent locataire la laissé avec le plein…
  • Prix des visas vietnamien : 55USD en express par une agence au Laos
  • Parler Vietnamien :
    • Dire “Bonjour” : Sin tao , pour la prononciation verifier sur place.
    • Dire “Merci” : [Koh-mon]

Nos déceptions : LE BRUIT ! D’autre part, le Vietnam est un pays très touristique bien plus développé que ses pays frontaliers de l’Indochine. Il peut souffrir de la comparaison. Le tourisme n’est pas sans dégâts.

Nos meilleurs souvenirs : Les rizières, les paysages, les villes et leur patrimoine, l’histoire, s’écarter en mobylette des axes touristiques, la baie d’Halong en Jonque.

Le Vietnam en accéléré, le delta du Mékong

3 mars 2009 - avec du retard depuis Koh Samuï 

Vietnam

Comme le pays est bien plus grand que ce nous l’imaginions, nous prenons l’avion pour rejoindre l’ancienne capitale de la Cochinchine, Saïgon, aujourd’hui appelé Ho Chi Minh Ville. La ville est étourdissante de bruit. Nous sommes content le lendemain matin de partir pour deux jours dans les méandres du delta du Mékong.

Tout le monde nous avait prévenu, “attention aux agences de voyages locales qui organisent ce genres de séjours”.  Jusqu’à hier, nous nous en étions pas tellement préoccupé. Nous appelons l’agence “Happy Luan” pour lui demander de nous organiser une visite de deux jours pour demain.

Le lendemain, le guide vient nous chercher, et nous emmène en voiture jusqu’au delta. Nous embarquons dans une grande barque aménagée. Toute la vie s’articule autour de ce fleuve. A l’image d’un réseau routier complexe, les affluents permettent aux locaux de circuler. Le marché, les maisons, le transport, toute l’activité de la région est sur l’eau.

Nous traversons le marché flottant, comme nous traverserions une place de village française un dimanche matin. Il y a même une église qui surplombe les étales. Nous passons la nuit dans la riche demeure d’une vieille famille vietnamienne.

Le lendemain nous visitons en barque, la jungle, théâtre de la guérilla, entre les vietnamien communiste et les américains soutenus par le régime de Saïgon.  Nous comprenons enfin la complexité du conflit. On ressent au passage dans les explications du guide une animosité à l’encontre des vietnamien du nord. Cette même animosité envers les vietnamien du sud, que nous avions noté chez Lee notre guide de le baie d’Halong.

Tout au long de notre parcours dans le Vietnam, les dégâts moraux et physique causés par les américains sont partout. Lieux historiques saccagés, populations traumatisées, bombes chimiques, la guerre n’a pas épargné le pays. Certaines régions ont été brulées par les gaz des bombes, et la végétation peine encore à repousser.

Alors que nous nous envolons vers Bangkok, les parents repartent vers Hanoï en avion, pour rentrer en France.

Le Vietnam en accéléré, de Hué à Hoï An

2 mars 2009 - avec du retard depuis Koh Samuï 

Vietnam

La fin de notre croisière sur la Baie d’Halong nous amène directement à la gare des trains de Hanoï. Confortablement installés dans nos couchettes pour la nuit, nous nous laissons conduire jusqu’à Hué. A peine installés à l’hôtel, nous enfourchons des mobylettes et défions les lois de la circulation comme de vrais vietnamiens. Au milieu de ce chaos, nous nous frayons un chemin dans cette jungle urbaine, jusqu’aux tombaux (site archéologique). Nous oublions les cartes pour nous perdre au milieu des villages, des rizières et des campagnes. Loin des zones touristiques les vietnamiens sont plus accueillant et ils nous sourient et les enfants nous lancent des grands “hello” enthousiastes.

Le lendemain nous visitons la citadelle de Hué, ancienne cité impériale. Le lieu, bien que ravagé par les bombardements américains, n’est pas sans nous rappeler la cité interdite chinoise. Son architecture, sa disposition, l’organisation de la cour, on retrouve beaucoup de points communs.

Dans l’après midi, nous partons vers le sud pour rejoindre Hoï An. Nous découvrons une petite ville charmante, bien que touristique. Nous apprécions déambuler dans les rues pour admirer l’architectures, les maisons locales, les lumières, et les boutiques. En effet, Hoï An est réputée pour ses tailleurs… Et ce qui devait arriver, arriva ! Une veste pour Rémi, deux pantalons, deux chemisiers et un manteau pour Nath, rien que ça. Nath est rhabillée pour l’hiver. Les parents profitent de la ville pour acheter les cadeaux pour toute la famille, et un bateau pour Maurice. Une maquette de 1m50. Nous vous laissons imaginer l’encombrement du paquet, et la tête ahurie des hôtesses d’Air Vietnam.

Nous profitons de la région pour circuler en moto dans l’arrière pays et découvrir les ruines de “My Son”, une sorte de mini Angkor. Nous prenons le temps traverser des rizières pour en admirer le vert et même d’aller jusqu’à la plage déserte pour nager dans les vagues. C’est ça les vacances !

Trois jours dans la Baie d’Halong

21 février 2009 - dans l'hôtel de Hôi An 

Vietnam

Ce 14 février nous retrouvons les parents de Rémi à l’aéroport d’Hanoi. Au milieu des touristes groupés, les deux visages connus apparaissent. C’est si agréable de revoir ses parents… Nous partons vite vadrouiller tout l’après-midi à la (re)découverte de la vielle ville d’Hanoi. Les parents sont en pleine forme malgré le concert de klaxon et les 24h de voyage.

Nous partons vite pour la baie d’Halong qui nous reposera bien de l’agitation d’Hanoi. Lee, notre guide nous conduit jusqu’à notre Jonque, amarrée à l’île de Cat Ba. Maurice et Agnès ont choisi un bateau privé, et c’est loin des touristes que nous parcourons la Baie pendant 3 jours. Nous slalomons entre les pains de sucres, les rochers calcaires d’ou la jungle dégouline. On y aperçoit même quelques singes. Certains de ces rochers émergent comme des totems, rongés par l’érosion et à la limite de s’effondrer. La brume est au rendez-vous le matin et nous restitue un décors magique . La baie est habitée par quelques étranges villages flottants. Un après-midi nous allons pêcher depuis l’une de ces maisons. C’est une famille avec un jeune enfant qui vie là, au milieu de la baie et loin de tout. Leur maison, enfin la petite cabane est construite sur une plateforme avec une terrasse on l’on peut juste se tenir à deux. Leur espace vital est entouré de filets flottants et l’on se déplace en équilibristes sur les poutrelles qui les soutiennent.

Le soir nous goutons notre pêche et heureusement beaucoup d’autres plats Vietnamien. Remi et moi nous régalons du camembert et du saucissons. Le capitaine apprécie aussi le camembert ce qui nous étonne beaucoup vu l’état du fromage voyageur. Et à contrario d’avoir des gouts français, le capitaine est formel, Maurice est à 80% vietnamien et Rémi à 60%.  Il dit que nous avons des têtes de vietnamien. La suite du voyage nous dira si d’autre Vietnamiens nous considèrent des leurs, ou si nous aurons les prix locaux. Maurice fera une analyse génétique en rentrant ! :)

Les outils

 

Google Map: Vietnam - Trois jours dans la Baie d’Halong

 

Informations

Rentré le 26 Septembre 2009 après 13 mois de voyage autour du monde.

Retrouvez les photos directement sur Flickr