Notre Tour - Le tour du monde de monsieur et madame Patate

NOTRE TOUR

Retour à La Paz et direction Santa Cruz

3 septembre 2009 - Dans un bar de Santa Cruz 

Bolivie

Nous nous préparons à un long périple pour rejoindre Fortaleza au nord de Brésil.

D’abord nous prenons un bus de 12 heures pour relier Cusco à La Paz, puis de là nous prendrons un bus pour aller à Santa Cruz. De Santa Cruz, nous avons deux avions pour rejoindre Fortaleza.

Nous arrivons donc encore pleins de bonne énergie à La Paz. Un peu plus reposés que pour notre précédent séjour nous apprécions mieux la ville. Et surtout nous la connaissons déjà un peu. On retrouve avec plaisir ces énormes femmes avec leurs grandes jupes plissées leurs nattes et leurs chapeaux melon. Remi lui retrouve les magasins de musique. Il traine chez les artisans à droite à gauche pour s’acheter un Charango. Apres la flute de Cusco, le Charango de La Paz, il nous faudra un appart bien isolé pour ne pas stresser les voisins avec ses débuts sur ces instruments. Mais surtout nous retiendrons de La Paz, un diner que nous attendions avec grande impatience. Le restaurant La Comédie, est de loin l’un des meilleurs restaurants français en Bolivie, et surtout ils font un fondant au chocolat imbattable, nous qui n’en n’avions pas gouté depuis notre départ, nous sommes ravis. Ce diner est l’occasion pour nous de fêter nos un an de voyage. Douze mois de ballades à travers le monde, douze mois de bonheur. Il nous reste un mois et nous avons bien l’intention d’en profiter pleinement et de distiller chaque instants. Bien sur nous pensons au retour, mais de manière assez lointaine, et pour le moment nous ne voyons que le positif du retour. Une maison à nous, une salle de bain avec de l eau chaude, une cuisine, un lit confort. Et surtout notre famille et nos amis. C’est au bonheur des retrouvailles que nous pensons le plus. Lire la suite »

Bali: Luxe et architecture traditionnelle

3 septembre 2009 - Depuis Cusco 

Indonésie

L’architecture traditionnelle balinaise repose  sur un aspect spirituel et religieux plus important que la construction physique et la décoration. C’est une recherche constante d’un équilibre cosmologique, une opposition entre le profane et le sacré, le haut et le bas, le ying et le yang. C’est aussi cet équilibre, cette tension, que les hôtels modernes sont venus chercher à Bali. L’architecture traditionnelle est capable de répondre aux attentes les plus modernes. Et à l’inverse les constructions modernes sont capables de respecter cette tradition, et lui conserver son aspect sacré. Ainsi l’hôtel Amandari de Ubud incarne parfaitement cette volonté de mixage culturelle et dans le respect de la tradition.

- Habitat traditionnel.

La structure d une maison familiale s organise toujours de la même manière, dans le but de respecter le concept d’ordre cosmique:

-De haut murs entourant la maison, Aling-Aling qui apporte une notion de privauté et de protection des mauvais esprits.

-des unités indépendantes a l intérieur de l enceintes rectangulaire autour d un jardin. Les pièces sont disposées en suivant l organigramme du corps humain, en commençant par  la tête, qui est la pièce des parents,  puis les bras, la pièce des enfants et des invites. Lire la suite »

La vallée sacrée Inca et le Machu Picchu

1 septembre 2009 - dans un café de La Paz 

Perou

Ces quelques jours à Cusco nous ont bien remis en forme et maintenant nous sommes prêts à affronter la horde de touristes aoutiens, se dirigeants tous vers le Machu.

Beaucoup viennent ici uniquement dans le but d’ajouter le Machu Picchu à leur palmarès et ne prennent pas le temps de découvrir les autres vestiges et villages de la vallée sacrée. Nous avons la chance d’avoir du temps pour emprunter le chemin des écoliers. Nous rejoignons Ollantaytambo, via des bus et des taxis collectifs, c’est toujours une agréable occasion de croiser les vrais péruviens et d’échanger quelques mots. On est loin des bus cama, ici, tant qu’il y a de l’air, il y a de la place. Nous prenons les enfants sur les genoux, les femmes tassent leurs jupons de feutre pour gagner quelques centimètres, et toujours dans la bonne  humeur. Nous découvrons des gens très accueillants et très aidants ne nous laissant jamais seuls et désemparés. C’est sûr ils apprécient de voir des touristes qui daignent se mêler à coté des 4×4 climatisés et tours organisés qui envahissent la vallée. Nous découvrons le mignon petit  village d’Ollantaytambo qui date de l’époque Inca. Ce village est aussi réputé pour les vestiges de sa forteresse. Il règne une  douce ambiance printanière, des arbres fraichement fleuris  et des multitudes d’oiseaux. Nous trouvons une hostal familiale, une très vieille maison bancale, aux murs épais, blanchis à la chaux, ornés des balcons bleus, et aux vieux parquets grinçants. Toutes les tuiles du villages sont en tuiles romaines, nous rappelant la Provence. Nous prenons plaisir à nous balader dans les rues pavées de galets, fendues en leurs centres d’un petit canal où circule l’eau des rivières. Il est interdit de marcher le nez en l’air, l’entorse est assurée. Tous les murs des maisons sont fait des gros blocs de pierre incas, s’imbriquant comme un puzzle géant.

Le lendemain, nous partons explorer les sites archéologiques de Morai et les Salines Incas. C’est d’Urubamba qu’il nous faut prendre un bus jusqu’au village de Maras puis un taxi pour nous rendre sur le site. Les archéologues supposent que Morai était un lieu d’expérimentations agricoles. Les Incas avaient construits des terrasses  concentriques de cultures afin d’obtenir des températures différentes pour chaque étages. Ils  obtenaient différentes variétés de légumes. Quoi qu’il en soit nous trouvons le graphisme surprenant, esthétique et sortit de nul part. Lenotre n’aurait pas renié le style.

Nous marchons jusqu’aux Salinas incas. Le lieu est bien plus impressionnant en vrai qu’en photo. Nous passons pas mal de temps à observer les familles qui collectent leur sel sur ces antiques salinas. Nous rejoignons la route d’Ollantaitambo que nous terminons en taxis collectif. Lire la suite »

Arrivée au Pérou, Cusco.

31 août 2009 - dans un resto de Cusco 

Perou

Le Pérou, tout commence par un long voyage en bus, entre des énormes femmes, vendeuses de truites, une autre voyageant avec son perroquet, une mamie grincheuse tapant tous les passagers avec sa canne pour un oui pour un non. Nous passons huit heures avec les rires du perroquet, qui est bien le seul à rire.

Nous arrivons de nuit à Cusco. Le lendemain matin nous découvrons la charmante ville de Cusco. Cette ville mélange des vestiges incas, et des constructions espagnoles. On peut donc admirer la cathédrale posée sur des fondations Incas, les fameux murs aux énormes pierre taillées et s’imbriquant parfaitement. Nous voyons de ce fait, la pierre aux 12 cotés. Mais par dessus tout, ce matin, c’est le petit déjeuner qui va nous enchanter. Enfin un vrai déjeuner digne de ce nom, avec de vrais produits plutôt que toutes les inventions chimiques bolivienne. On se sent d’attaque pour le Machu Picchu. Nous apprécions flâner et déambuler dans la rue, observer les constructions, les rues pavées en galets, et bien sur les péruviens. Ici les jeunes filles se promènent en costume traditionnel avec un Alpaga en laisse ou bien un bébé chèvre dans les bras. Les touristes sont prêt à payer cher pour avoir la photo clichée ! De quoi laisser croire aux invités de la soirée diapos que tous les péruviens sont restés en habits traditionnels, une chèvre sous le bras. Soyez certains que vous aussi, aurez droit à votre lot de diapos à notre retour. ;) Lire la suite »

Une Journée à Vientiane

28 août 2009 - Bons plans publiés depuis Cusco 

Laos

Une visite d’un jour n’est pas idéale afin de pouvoir correctement goûter à la cuisine d’un pays étranger, mais elle permet cependant de se concentrer sur l’essentiel. Au Laos, c’est le pain qu’il ne faut pas manquer d’essayer. Ce dernier se trouve en effet partout, du fait de l’occupation française. Si c’est un sac de baguettes que vous cherchez, alors prenez le chemin du marché, l’option la plus simple et la plus économique aussi. Toutefois, si vous désirez quelque chose de plus raffiné, vous trouverez des pâtisseries et des petits pains frais ainsi que du vrai café au Café du Croissant d’Or. Les habitants de Vientiane n’y vont peut-être pas, mais il vous serait difficile de trouver un brunch plus nourrissant que ce dernier au Laos.

Pour le déjeuner et le dîner, allez sur les bords du Mékong, surtout si vous n’êtes que de passage à Vientiane. Sur Fa Ngum, la rue qui le longe, vous trouverez de nombreux de restaurants, également à proximité de plusieurs Hôtels à Vientiane. Au restaurant PVO, on vous servira des soupes vietnamiennes (pho) et, curieusement aussi, des baguettes au porc. Il existe beaucoup d’autres restaurants en amont et en aval du fleuve, tous meublés des habituelles chaises en plastique et tables bancales que l’on vient à apprécier dans le sud-est asiatique. Dans ces établissements, vous paierez environ 10 000 kips pour une grande bouteille de « Beer Lao » qu’il vous faudra absolument goûter. Vous pourrez déguster du laab pour 20 000 kips, du riz gluant pour 5000 et un plat de poisson pour 30 000 kips. Ici, tout le poisson servi provient directement du Mékong. Il est donc frais et délicieux ! Lire la suite »

Les outils

 

Google Map: Laos - Une Journée à Vientiane

 

Informations

Rentré le 26 Septembre 2009 après 13 mois de voyage autour du monde.

Retrouvez les photos directement sur Flickr